Rechercher

dans

du 18 octobre au 1er décembre 2007

En mouvement

au Musée d’Art Contemporain de la Faculté des Arts de l’Université du Chili

Cobra & Cie au Chili

Parallèlement, présentation de  KIKIE CRÊVECOEUR et THIERRY LENOIR, héritiers de la mouvance Cobra par l’état d’esprit et la facture.

Parallèlement, présentation de deux jeunes artistes belges, héritiers de la mouvance Cobra par l’état d’esprit et la facture : KIKIE CRÊVECOEUR et THIERRY LENOIR

Le Musée d’Art Contemporain de la Faculté des Arts de l’Université du Chili

Cobra & Cie conçue et réalisée en 2004 par le Centre de la Gravure.

Plus d’un demi siècle après la dissolution officielle de ce mouvement particulièrement dynamique qui rassembla de 1948 à 1951 les aspirations d’un large groupe d’artistes d’Europe du Nord, son souffle vivifiant a continué à générer les enthousiasmes.
Bon nombre d’œuvres conservées au Centre sont dues à des artistes ayant été mêlés de près ou de loin au groupe Cobra et notamment des œuvres à caractère collectif.


 

« Cobra était un groupement, on le sait, à vocation internationaliste nordique. Il y avait en nous une volonté de décentraliser. Banalité, aujourd’hui. La contradiction – nous n’en étions pas à une près – fut que les principaux protagonistes de Cobra se fixèrent et se retrouvèrent précisément à Paris, si bien que les trois années d’existence (1948-1951) sont trompeuses en regard des dizaines d’années, d’expériences qui suivirent, encore collectives, d’amitié mais aussi – et c’est heureux ! – de création solitaire. » Pierre Alechinsky, in Non rénicole,1993

« Nous avons pu constater que nos façons de vivre, de travailler, de sentir étaient communes ; nous nous entendons sur le plan pratique et nous refusons de nous embrigader dans une unité théorique artificielle. Nous travaillons ensemble ; nous travaillerons ensemble » In La cause était entendue, 8 novembre 1948


« Deux amis travaillent ensemble un dessin, une peinture, une estampe ; l’objet ainsi obtenu par surprise semblera avoir été fait par un troisième personnage. Lequel n’est ni tout à fait l’un ni tout à fait l’autre. » Pierre Alechinsky


« Les logogrammes sont des manuscrits de premier jet : le texte, non préétabli, est tracé avec une extrême spontanéité, sans souci de lisibilité… » Christian Dotremont