Rechercher

dans

Emmanuelle Quertain

Belgique, 1987
vit et travaille à Bruxelles

La pratique d’Emmanuelle Quertain est essentiellement picturale. Néanmoins, au travers de collaborations notamment avec Thorsten Baensch / Bartleby & co, elle a développé ces dernières années une affinité avec les possibilités de reproduction de propositions picturales dans des projets éditoriaux. En 2019, elle a effectué une résidence au Frans Masereel Centrum où elle a exploré les potentialités d’utilisation de copieurs risographiques et de découpe ou impressions laser afin de transcender les potentialités picturales de ces outils de reproduction. Les œuvres que nous présentons ici résultent de cette résidence. Ce sont des découpes laser sur liège, au départ de reproductions d’œuvres iconiques de la peinture espagnole du XVIIe siècle ou française du XIXe siècle (de Velasquez et Manet) dont il ne reste que de fugitives ombres découpées. Elle fonctionnent dès lors comme un statement engagé sur les destinées oubliées de ces figures sacrifiées sur l’autel de la grande histoire, autant que comme un commentaire critique sur l’évanescence croissante de nos références culturelles.

English

Emmanuelle Quertain’s practice is essentially pictorial. Nevertheless, through collaborations, in particular with Thorsten Baensch/Bartleby & co, in recent years she has developed an affinity with the possibilities of reproducing pictorial works in editorial projects. In 2019, she did a residency at the Frans Masereel Centrum where she explored the potential of using Risograph copiers and laser cutting or printing in order to transcend the pictorial potential of these reproduction tools. The works presented here were produced during that residency. They are laser cut-outs on cork or wood,  of reproductions of iconic works of 17th century Spanish or 19th century French painting (by Velasquez and Manet) of which only fleeting shadows remain. They therefore function as an engaged statement on the forgotten destinies of these figures sacrificed on the altar of mainstream history, and equally as a critical commentary on the growing evanescence of our cultural references.