Rechercher

dans

Jean Pierre Müller

Belgique, 1967
vit et travaille à Bruxelles

Jean Pierre Müller est sérigraphe, enseignant, mélomane et musicien. L’œuvre que nous présentons est issue du projet La Longue Marche dont la deuxième articulation ‑ Fugue ‑ a récemment été déployée aux Drapiers à Liège. La Longue Marche, à l’ambiguïté sémantique pouvant aussi de façon non fortuite évoquer le monde musical si cher à Müller, s’inscrit à la fois dans une conviction intime et une fascination de l’artiste pour l’idée d’une humanité toujours en marche, pour le meilleur et parfois pour le pire. On pense évidemment à La Longue Marche, repli stratégique des maoïstes chinois, mais les marches qui occupent ici Müller sont autant celles, souvent contestables, faites au nom du progrès et de la civilisation que celles liées aux exodes, migrations, transhumances suscitées par le besoin, la faim, l’économie, les conflits ou encore, plus précisément ici, l’expansion coloniale. Cette métaphore digestive, de la métabolisation, de la superposition et de l’interaction de ces strates historiques qui sous‑tendent la complexité de notre actualité contemporaine trouve en l’occurrence une symbolisation efficace dans l’œuvre que nous présentons ici Brothers of Love (2017): Une superposition d’impressions sérigraphiques sur des gazes et autres textiles (dont de la tarlatane, un tissu employé en sérigraphie pour essuyer précisément les couleurs) tour à tour vaporeux ou texturés dont les motifs s’imbriquent et se prolongent les uns les autres, suggérant une oscillation dialectique efficace entre les dynamiques d’occultation et de révélation à l’œuvre dans nos inconscients collectifs. En l’occurrence, nous retrouvons i.a. une confrontation entre un portrait de Guillaume Van Kerckhoven, militaire colonial qui a inspiré le personnage principal de Heart of Darkness de Joseph Conrad, avec une représentation sérigraphiée d’une photo de missionnaires de la congrégation des Broeders van de Liefde. Une combinaison qui illustre bien les contradictions et dialectiques complexes et controversées de l’aventure coloniale belge. Le liséré en bordure du print centrale offre d’ultérieures strates d’interprétation de la pièce.

English

The work we are presenting comes from the project La Longue Marche, the second articulation of which – Fugue – was recently shown at Les Drapiers in Liège. La Longue Marche [The Long March], with its semantic ambiguity that can also unintentionally evoke the musical world so dear to Müller, is part of both an intimate conviction and a fascination of the artist for the idea of a Humanity that is constantly on the move, for better and sometimes for worse. We obviously think of La Longue Marche, the strategic retreat of the Chinese Maoists, but the marches which occupy Müller here are as much those, often questionable, that are made in the name of progress and civilization as those linked to exodus, migrations, transhumance caused by need, hunger, economy, conflicts or, more specifically here, colonial expansion. The digestive metaphor of the necessary metabolization, the superposition and the interaction of the historical strata which underlie the complexity of our contemporary contexts find an effective symbolization in the architecture of the piece : A superimposition of silk-screen prints on gauze and other textiles (such as tarlatan, precisely used in serigraphy to wipe off the plates), in turn vaporous or textured, and whose patterns overlap and extend one another, suggesting an effective dialectical oscillation between the dynamics of concealment and revelation at work in our collective unconscious. In the present case, a portrait of Guillaume Van Keckhove, the Belgian colonial officer who inspired the central character of Heart of Darkness by Joseph Conrad is i.a. juxtaposed to the silkscreen translation of a photograph of the Broeders van de Liefde congregation, thus effectively illustrating the complex hypocritical contradictions at play in Belgian colonial system. The border of the rear silkscreen panel opens up further layered interpretations of the artwork.