Un mois une estampe

Chaque mois, une estampe faisant partie de notre collection est mise en lumière. Elle fait l'objet également d'un accrochage au Centre de la Gravure et d'un feuillet disponible à notre comptoir-boutique. Ce mois-ci :

Anatoly Stolnikoff

Atractostevs stravsi

Aquatinte et eau-forte sur papier, EA
Dimensions du papier : 37,6 x 54,4 cm
Collection du Centre de la Gravure
Numéro d’inventaire : OE9289

D’origine russe, Anatoly Stolnikoff est né à Léopoldville en 1955. Après une scolarité
à l’École européenne, il suit entre autres les cours d’esthétique de Pierre Sterckx
à Saint-Luc à Bruxelles avant de s’inscrire aux Beaux-Arts de la même ville où il
s’adonnera à la pratique de la gravure. À Saint-Luc, il invente les Tubus, poupées
d’assemblage anthropomorphique inspirées du Bauhaus. Suivent ensuite une
bourse pour l’Akademie der Bildenden Künste à Vienne en décoration théâtrale et
une autre pour l’ICR (Instituto Centrale per il Restauro) à Rome en restauration de
peintures et fresques. L’artiste Kinga Bardos-Feltoronyi rejoindra ensuite Stolnikoff
tout en développant son propre travail de peintre et de photographe. Actuellement,
ils vivent et travaillent à Paris.

Le passage d’une discipline à l’autre comme l’utilisation de tous types de matériaux
sans distinction apparaît comme une caractéristique essentielle de leur travail.
Allant aisément de l’intervention in situ à la gravure, au dessin, à la sculpture ou
encore à la céramique, dans des formes et formats variés, Kinga et Anatoly sont
les derniers plasticiens à avoir travaillé au sein des ateliers de la faïencerie Royal
Boch de La Louvière. Le concept de jeu, y compris les jeux de langage, constitue
leur terrain de prédilection. Leurs oeuvres, exposées et éditées régulièrement, se
trouvent dans des collections publiques telles que le Musée des Arts anciens du
Namurois, les Musées royaux à Bruxelles ou encore le Centre Keramis à La Louvière.

En l’occurrence, l’estampe intitulée Atractostevs stravsi (poisson fossile) est le
résultat d’une commande passée dans la seconde moitié des années 80 par Paul
Sartenaer, alors conservateur de l’Institut des Sciences naturelles de Francfort, à
Anatoly Stolnikoff. Elle représente une sorte de brochet antique trouvé par l’artiste
lors de sa participation à une campagne de fouilles sur le site de Messel (à proximité
de Darmstadt), organisée par ledit Institut. Réalisée à l’eau-forte et à l’aquatinte,
elle sera offerte aux conservateurs belges et allemands partenaires de ce
projet qui pose la question de la préservation du patrimoine et de l’écologie.