Un mois une estampe

Chaque mois, une estampe faisant partie de notre collection est mise en lumière. Elle fait l'objet également d'un accrochage au Centre de la Gravure et d'un feuillet disponible à notre comptoir-boutique. Ce mois-ci :

Pascale-Sophie Kaparis (°1959)

Zelfportret, variation n° 2/15

Année de création : 2010

Lithographie rehaussée, II/XV  -  Imprimerie d’Art Idem, Paris  -  Dimensions du papier : 57 x 76 cm  -  Collection du Centre de la Gravure  -  Numéro d’inventaire : OE 6773


 

Zelfportret, variation n° 2/15 (2010) est un autoportrait de l’artiste Pascale-Sophie Kaparis. Daté de 2010, celui-ci fait partie d’une suite de quinze variations centrées sur le corps, la matrice organique, son exploration et ses transformations. La représentation, tourmentée, apparaît comme le lieu où resurgissent douleurs et fantômes du passé de l’artiste. Se dégage également de cet autoportrait une certaine violence à laquelle contribue l’utilisation de la couleur rouge, récurrente chez Kaparis. Cette suite a été entamée par l’artiste après sa visite de la rétrospective Charley Toorop présentée Musée d’Art moderne de Paris en 2010.

Née à Casablanca en 1959, Pascale-Sophie Kaparis vit et travaille à Paris. Elle obtient son diplôme d’architecte à Paris en 1985 avant de décider de se consacrer à l’art en 1997. Marquée par les non-dits de son enfance et la découverte tardive de ses ascendances juives, son œuvre est essentiellement introspective. L’artiste questionne la notion d’absence, de mémoire et d’identité notamment par le biais des drames qui ont touché et qui touchent encore l’humanité.

Kaparis a fréquenté régulièrement le Centre de la Gravure en 2012 et 2013. Elle y a développé le projet Eye Project qu’elle avait débuté au sein du Musée du Dessin et de l’Estampe de Gravelines. Attirée naturellement par l’estampe et son caractère sériel, c’est en 2008 qu’elle s’initie à la lithographie au sein de l’atelier Idem où a d’ailleurs été imprimé le présent tirage. Sur celui-ci, comme sur chacune des quatorze autres déclinaisons, l’artiste est revenue avec des bandes de Tipp-ex et du dessin au trait. Zelfportret se développe à la manière des variations d’un thème musical.

Sur la même artiste : Catherinede Braekeleer, « Pascale-Sophie Kaparis. Auscultations mentales », in Nouvelles de l’estampe, n° 249, hiver 2014-2015, pp. 54-59.
Également disponible en ligne sur le site de l’artiste: http://www.pascalesophiekaparis.com/index.php/text/catherine-de-braekeleer/2/