En Belgique

Nous apprenons avec infinie tristesse le décès de Frédéric penelle

L'équipe du Centre de la Gravure présente à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances.

Nous avons tellement travaillé avec Fred que nous avons des difficultés à penser à son départ : vous voyez en bas de page tous les événements que nous avons partagés avec lui. Son sourire et sa gentillesse resteront dans le cœur de chacun d'entre nous.

⇒ Décès de Fred Penelle, artiste belge qui sortait la gravure de son cadre - sur Musique3


Fred Penelle, artiste et graveur, est décédé le 25 mars 2020 à 46 ans.
Né en 1973, il avait étudié à la Cambre, où il avait été professeur de gravure de 2012 à 2019. Il était également un professeur exceptionnellement apprécié à l’École des Arts d’Ixelles. Il était l’époux de la plasticienne Charlotte Marchand et le père de leurs deux enfants. Plasticien mû par la passion et un esprit dévoré par la curiosité, il avait développé une pratique murale de la gravure sur bois. Lauréat de nombreux prix, il a participé à de nombreuses expositions en Belgique et à l’étranger, notamment avec les Mécaniques Discursives, projet mené en duo avec l’artiste vidéo Yannick Jacquet et qui explose les frontières entre les disciplines en dynamitant l’espace, la lumière et le mouvement. Fred Penelle a pu offrir à la gravure « un sursaut d’énergie par une utilisation inédite dans une œuvre foncièrement originale, malicieuse, aussi drôle que grave » (Claude Lorent, La Libre).

Il disait de lui-même :

"Destiné à mes gouges, la tête plongée dans le cœur, j’ausculte bien vivant les ruines fumantes du déclin."

C’est une bien grande communauté qui ainsi est plongée dans le deuil avec la disparition de Fred Penelle – admirateurs, étudiants, amis, collègues artistes et professeurs, ….   

« La période que nous vivons est déjà particulièrement chargée - voilà que cette aberration vient maintenant mettre nos plaies à nu. Temps suspendu, atmosphère pré- ou post-apocalyptique, cris et chuchotements, frôlements, souffles et murmures, bêtes hideuses et mutants pleins d'espoir : on se croirait dans une gravure de Fred.  Pourtant, on aurait tort de se laisser subjuguer par le découragement ou l'apathie. Il suffit de se rappeler la fabuleuse énergie de Fred, sa constante capacité d’émerveillement mâtinée d'un solide no-nonsense, son amour du métier, sa passion pour la gravure, les outils, les machines, et sa capacité à les subjuguer pour leur arracher des récits, des lambeaux de rêves, des images, des installations magiques...  Oui, il suffit de le laisser nous guider pour qu'on y croie plus que jamais (et ce "y" est exactement ce que vous voudrez qu'il soit). »
Jean Pierre Muller Artiste, professeur responsable de l’atelier de Gravure et image imprimée, La Cambre

http://www.mecaniques-discursives.com/