Exposition passée

Nalini Malani

Beyond Print

Memory, Transference, Montage

Nalini Malani, Beyond Print du 28 septembre 2013 au 5 janvier 2014 au Centre de la Gravure - Affiche Alt-Studio

Pionnière de la performance et de l’art vidéo en Inde, Nalini Malani (née à Karachi en 1946) est l’une des artistes les plus influentes de sa génération. Depuis le début des années 1970, elle condamne la violence contre les femmes, en particulier dans la société indienne. Elle développe un art engagé, confiant à des personnages mythiques, symboles de l’insoumission, le soin de raconter des histoires contemporaines. Bien que politique, son univers paraît fantastique au premier regard. Dépourvu de perspective centrale, il évoque à la fois les miniatures indiennes et les peintures de Jérôme Bosch. Nalini Malani cite le Jardin des délices comme l’une de ses plus grandes sources d’inspiration.

L’artiste brasse et manipule les idées autant que les stéréotypes culturels pour nous transmettre une vision du monde où les frontières s’effacent.

Plasticienne multimédia, Nalini Malani figure parmi les premiers créateurs en Inde à avoir élargi sa pratique de peintre en développant des livres d’artistes, d’éphémères dessins muraux, des théâtres d’ombres ainsi que de nombreuses projections vidéo. Son art nous emmène au-delà de l’imprimé. 

Listening to the Shades, Nalini Malani, œuvre en 42 panneaux, 2008, aquarelle, émail et encre sur feuilles acryliques transparentes

LE POINT DE VUE DE NALINI MALANI sur cette œuvre :
L’inspiration de ce livre d’artiste est née à cheval entre le mythe de Cassandre dans la tragédie grecque et son interprêtation moderne par Christa Wolf. Les histoires anciennes et les mythes sont des vérités universelles qui viennent à nous à travers les éternités. Là, il n’y a pas de frontières construites par les hommes. Les mythes appartiennent à toutes les civilisations. À mon sens, ce sont la dénigration et le denigrement de l’instinct féminin et de la pensée féminine qui ont causé l’immense destruction que le monde d’aujourd’hui subit. La décision de faire la guerre est prise par une oligarchie d’hommes. Les armes de guerre sont inventées par des hommes.
Dans cette image, on voit Cassandre insuffler un vent de vie dans l’épine dorsale pendant que des avions de guerre tournent autour d’elle et de deux cerveaux. Les cerveaux ont presque l’air de fœtus déformés.