Exposition passée

Un cri persan

Graphistes d’Iran

Bien que les arts visuels – comme la calligraphie, l’enluminure et la miniature – occupent une place importante dans la culture iranienne, le graphisme au sens propre, n’existe réellement que depuis 1970.

La diversification des supports (affiches, spots publicitaires, couvertures de livres) offre aux graphistes iraniens, des moyens d’expression élargis plus ou moins influencés par les écoles de graphisme européennes (écoles françaises et polonaises en particulier).


 

Cependant, les sources principales du graphisme en Iran restent les traditions picturales du pays et la forte influence de la culture islamique sur les artistes iraniens en général. Ainsi, l’utilisation de la calligraphie et la technique de l’art miniature tiennent une place importante dans les œuvres des graphistes de ce pays. La persistance de certains tabous comme l’absence de portraits humains et surtout de silhouettes de femmes confirme cette influence irano-islamique. Mais cette réalité n’empêche pas les artistes iraniens d’avoir une vision fortement critique et un regard très acerbe sur notre ère chaotique.

Le graphisme en Iran
Le graphisme iranien a son origine dans l’art des livres en Perse.
La calligraphie, l’enluminure et les miniatures étaient des formes très répandues d’expression artistique dans ce pays fortement imprégné de culture islamique.

Ce phénomène se manifeste en réaction aux interdictions et contraintes imposées aux autres arts comme la musique, la peinture et la sculpture. Leur développement presque parallèle a marqué toute l’histoire de l’art en Iran entre les Xe et XIXe siècles. L’art des livres en Perse (calligraphie = Ketabat) conférait au Moyen Âge un statut social important aux calligraphes (= Kateb) qui dirigeaient souvent les activités de l’atelier – bibliothèque d’un roi ou d’un prince.
Au début, l’écriture du Coran et des autres livres sacrés constituait l’activité essentielle des calligraphes. Plus tard, dans l’histoire iranienne, les calligraphes s’occupèrent d’écriture de livres profanes et de documents administratifs.
Au XIVe, à Tabriz, apparaît un nouveau style calligraphique, le nasta’liq -littéralement: "écriture suspendue"-, plus adaptée à la langue persane. Ce style nouveau est vite adopté dans les différents centres culturels de l’époque (Bagdad, Chiraz, Ispahan et Herat). Les calligraphes iraniens ont inventé six formes différentes de calligraphies, chacune adaptée à un emploi spécifique.

Parallèlement au développement des styles calligraphiques, l’enluminure ou l’art de la décoration des livres, se répand à Bagdad et dans les autres centres culturels de l’époque. Cet art a souvent été utilisé pour l’ornement du Coran, particulièrement pour séparer les différents versets et chapitres. L’enluminure, influencée par les arts byzantin et chinois, se développe à Shiraz et Ispahan et est de plus en plus utilisée dans l’ornement des livres non sacrés comme les recueils de poèmes, et de contes. Ainsi, des musées du monde entier conservent des exemplaires inestimables de recueils de poèmes de Hafez, de Firdossi, de Nezami et d’autres poètes iraniens internationalement reconnus.
La miniature, suite logique de la calligraphie, est influencée par la forte sensibilité islamique des iraniens au Moyen Âge. Cet art a souvent été utilisé pour la décoration du Coran malgré la réprobation de la reproduction d’êtres vivants par les théologiens de l’Islam. La miniature iranienne a été influencée par l’enluminure et l’art chinois et plus tard, au XVIIe siècle, par la technique occidentale. Comme pour l’enluminure, il existe plusieurs écoles de miniatures (école de Shiraz, d’Ispahan,... ).

L’exposition est organisée en collaboration avec Le Centre du Graphisme et de la Communication visuelle d’Echirolles (France). Commissaire : Alain Le Quernec;