Exposition passée
au BAM à Mons

Collaboration

Parade sauvage.

Autour des sixties

Transformé par les mouvements avant-gardistes de l’après-guerre, le paysage artistique européen et américain autour des années ‘60 frappe par la sauvagerie d’une part importante de sa création. L’exposition Parade sauvage en explore les principales lignes de crêtes : entre art et anti-art, culture et contre-culture. La sauvagerie est le thème conducteur de ce parcours volontairement sinueux qui associe art informel et performance, ciné-poème et pratique documentaire. Empruntant son titre à un poème de Rimbaud, Parade sauvage s’entend comme un « chant d’amour » adressé, par-delà les institutions qui emprisonnent, à la faune hétéroclite de tous ceux qui bousculèrent l’ordre établi de la bourgeoisie bien-pensante. Animés par le ressentiment de l’idéalisme déçu, ils se réfugient dans l’illusion d’un Inconnu à atteindre, d’un Bonheur majuscule à conquérir envers et contre tout. Et tous. Une coproduction de la Fondation Mons 2015 et du Pôle muséal de la Ville de Mons.

Prêt d’affiches de Mai 68 de la Collection de la Fédération Wallonie-Bruxelles en dépôt au Centre de la Gravure.