Exposition passée

Du Petit Lyré

à la mythique Ithaque

MOJARDÍN Ricardo - La Enamorada en Madrid - 2005   Î

Autour d'un thème, le voyage, vingt-cinq artistes graveurs des Asturies nous proposent plus de 150 estampes créées spécialement pour cette exposition.
De Gijón à La Louvière pour un périple au sens large: métaphorique ou symbolique, réel ou rêvé, du petit coin de paradis intime à l'évasion vers de lointains ailleurs.
Péripétie collective qui prend racine dans le vécu de chacun, l'exposition déploie les multiples facettes du voyage vécu comme expérience formatrice. Exode, déplacement, chemin, sentier, itinéraire ou trajectoire, tout est propice à la recherche plastique. Dans cette perspective, le thème du voyage ouvre sur des interprétations plurielles et ambivalentes, tant il offre des richesses de possibilités créatives.

Périples, voyages et itinéraires de l'estampe contemporaine en Asturies
Du 21 septembre au 16 décembre 2007.


Texte de María del Mar Díaz - Traduction: Ivan Evard


Ithaque t’a donné le beau voyage : sans elle tu ne te serais pas mis en route.
Elle n’a plus rien d’autre à te donner. 

Constantin Cavafy, Ithaque (1911)

Ces vers, arrachés au magnifique poème qui a guidé mes pas en des temps houleux, je veux les faire miens pour évoquer l’exposition d’une traversée extraordinaire. Tous (artistes, photographes, concepteur et commissaire), nous avons entrepris cette aventure hasardeuse, il y a longtemps déjà, et dès le début motivés, en toute confiance, par l’éclat espéré d’un voyage métaphorique, qui prend aujourd’hui son départ dans l’espace magnifique du Palais Revillagigedo de Gijón (Espagne), parrainé par Cajastur, et s’achèvera plus avant, en 2007, dans la salle internationale du Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée de La Louvière, institution internationale spécialisée dans l’œuvre graphique.

En marge des objectifs personnels atteints par chacun des participants à cette traversée, défenseurs passionnés, tel Ulysse, d’un trajet long, intense et persistant, il n’est pas sans intérêt de s’arrêter sur la conception même du projet qui trouve enfin son apogée, d’évoquer ainsi brièvement le développement de cette profonde péripétie collective, avant de mentionner aussi ces quelques œuvres qui transmettent, à travers leur innombrable kyrielle de représentations, une mosaïque d’allusions aussi prolixes que symboliques à l’entour du voyage, comme ferment de l’artistique, de l’expérimenté et de l’expérimental.



Vingt-cinq artistes graveurs des Asturies ont entrepris ce projet d’une exposition axée sur le thème du voyage. Voyage au sens large, métaphorique ou symbolique, il a pris son envol dans le Palais Revillagigedo de Gijón pour poursuivre sa route au Centre de la Gravure à l’automne 2007.

Péripétie collective qui prend racine dans le vécu de chacun, l’exposition déploie les multiples facettes du voyage vécu comme expérience formatrice. Les uns ont vécu et se sont formés dans les grandes villes comme Madrid, Rome ou Paris. Citons Antonio Suarez, Bernardo Sanjurjo, Reyes Diaz. D’autres ont fait escale ou multiplié leurs visites, comme Maria Alvarez, Isabel G.Cuadrado et Carlos Suarez. Certains ont préféré l’ introspection intime, d’une manière ludique comme Jaime Rodriguez ou Carlos Suarez; d’autres encore, tels Marta Fermin, Fernanda Alvarez ou Reyes Diaz Blanco se sont tournés vers la méditation du quotidien.
Exode, déplacement, chemin, sentier, itinéraire ou trajectoire, tout est propice à la recherche plastique. Dans cette perspective, le thème du voyage ouvre sur des interprétations plurielles et ambivalentes, tant il offre des richesses de possibilités créatives. De celles-ci se dégagent différentes tendances abstraites, géométrisantes (Beatriz Corredoira, Ana Vila) , colorées ou lyriques (Luis Fega, Antonio Suarez, Consuelo Vallina, de la Pena Israel, Bernardo Sanjurjo), ou bien encore aux formes épurées et flottantes (Laura Blanco). Certaines œuvres évoquent d’avantage l’espace telles les sphères lunaires et solaires d’Elias Benavides ou le temps, passé revisité comme un voyage de la mémoire chez Ramon Rodriguez.

Œuvres de :
ÁLVAREZ Fernanda, Á. CABRERO J.Carlos, ÁLVAREZ MORÁN Maria, ÁLVAREZ Melquiades, BLANCO Laura, CORREDOIRA Beatriz, DIAZ BLANCO Reyes, FEGA Luis, FERMÍN Marta, FRESNO Francisco, GARCIA Angelica, G.BENAVIDES Elías, G.CUADRADO Isabel, GUERRA Eduardo, MOJARDÍN Ricardo, DE LA PEÑA J. “ISRAEL”, RODRÍGUEZ Jaime, RODRÍGUEZ Ramón, SANJURJO Bernardo, SANTOS Fermín, SUÁREZ Antonio, SUÁREZ Carlos, VALLINA Consuelo, VELASCO Francisco, VILA Ana.