Exposition passée

Pascale-Sophie Kaparis

Figures mentales

B-168-Crowd/MST4

L’œuvre de Louise Bourgeois, basée sur des planches d’un traité d’ophtalmologie, évoquant des maladies oculaires, entraine Pascale-Sophie Kaparis à glisser, à partir d’une première série Eye, du monde de la confusion mentale vers la folie des guerres.

Dans le cadre de notre atelier ouvert, l’artiste française Pascale-Sophie Kaparis a fréquenté régulièrement le Centre de la Gravure durant les années 2012 et 2013. Figures mentales, le projet artistique qu’elle y a développé sera présenté en parallèle de l’exposition consacrée à Nalini Malani.

Trois ensembles de pièces correspondent à trois étapes dans son processus de création qui s’apparente à une sorte de work in progress dans lequel elle travaille essentiellement par variations et rebonds.

Quittant le domaine de la photogravure et de la lithographie présents dans ses deux premières séries, elle s’empare pour la première fois du monde numérique pour évoquer dans Man Sex Thursday l’actualité la plus violente, visible sur certaines images de jeunes prisonniers afghans trouvées sur internet. 

Figures mentales
Regard acéré de l’artiste, traduit par cette couleur rouge récurrente, regard compatissant porté sur les victimes de ces différentes formes de folie, individuelle ou collective, marqué par ces bandes de typex blanc omniprésent qui progressivement recouvre et efface  la douleur.