Réalisateur

Koninklijke Maatschappij ter Aanmoediging der Schone Kunsten - KOMASK

Belgique

En 1786, à la veille de la Révolution française, quelques confrères, Balthasar Paul Ommegank (photo), Hendrik-Frans de Cort et d’autres se réunissent et forment un groupe d’artistes. Quelques années plus tard, en 1788, ils rédigent les statuts de l’association qu’ils fondent, sous le nom de « Konstenmaetschappye ». Ces artistes mégalomanes, rêvant du retour du temps de Rubens, sont loin de se douter que leur association fera date. La scène artistique au dix-huitième siècle ne pouvait pas prévoir que l’art dans le siècle suivant serait au centre de l’actualité sociale.
L’association qui initialement débute comme une affaire purement artistique, prend déjà un tour plus social au début du dix-neuvième siècle par l’entrée de représentants de la bourgeoisie. Le nom change en « Société d’encouragement pour les Beaux-Arts ».
Au dix-neuvième siècle, l’association est cofondatrice du Musée des Beaux-Arts d’Anvers, dont elle agrandit la collection. En 1890, elle aide à déplacer le musée dans le quartier du sud où il se trouve actuellement.
Pendant l’entre-deux-guerres, les statuts de l’association ont été adaptés à la législation moderne. En 1936, on crée une ASBL avec actionnariat. Tous les notables de cette époque siègent au conseil d’administration. C’est alors probablement l’organe le plus prestigieux de son époque. Après la deuxième guerre mondiale, l’économie belge est tellement secouée que l’association n’est plus capable de garder le monopole qu’elle possédait avant. La méritocratie met une nouvelle classe au pouvoir qui veut explorer des nouveaux horizons culturels.
Après 2010, l’ASBL commence à restaurer la volonté nationale des actions culturelles: Un concours en guise d’encouragement et de promotion des jeunes artistes où les quatre Académies Royales de Belgique (Gand, Bruxelles, Liège, Anvers) sont rassemblées dans un concours et confrontées à un jury international de curateurs et d’artistes. Ceci est repris annuellement. Ce concours annuel replace l’ASBL dans son rôle national antérieur de promoteur des arts.