Artiste

Paul

Rebeyrolle

France, 1926 – 2005

Peintre, graveur, sculpteur, lithographe

Paul Rebeyrolle est né le 3 novembre 1926 à Eymoutiers en Haute-Vienne. Sa famille s'installe à Limoges. Atteint durant sa jeunesse d'une grave maladie qui l'immobilise totalement, il gardera de son adolescence en Limousin, la passion de la nature, de la campagne, et le sentiment violent que la conquête de la liberté est la nécessité absolue. Dès 1944, il vit et travaille à Paris où il a l'occasion de voir de nombreuses expositions d'art moderne: Soutine à la Galerie de France, Picasso au Salon d'automne… En 1947, à la réouverture du Louvre, il découvre les peintres italiens, Rubens et Rembrandt. Il voyage en Espagne et en Italie pour visiter les musées et participe à des expositions de groupes et à des salons. Son goût d'indépendance le porte à refuser l'enseignement des écoles d'art, quelles qu'elles soient : il fait le choix de travailler à l'atelier de Paris et à Eymoutiers, où il séjourne fréquemment. Marquant son opposition à la propagande d'intensification de la "guerre froide", il adhère en 1953 au parti communiste. Il le quittera en 1956, en réaction aux évènements de Hongrie et à la duplicité du P.C. face à la guerre d'Algérie. Il symbolise cette rupture dans un grand tableau qu'il intitule A bientôt j'espère. Cette période est également caractérisée par les choix artistiques qu'affiche Paul Rebeyrolle, notamment son rejet de la peinture abstraite et du réalisme socialiste. En 1963, il quitte Paris et s'installe à la campagne, dans l'Aube puis en Côte d'Or. A partir de 1968, les thèmes politiques qui reflètent ses engagements s'inscrivent dans des séries comme Guérilleros, Natures mortes et pouvoir, Germinal… Ce cycle d'inspiration politique est ponctué par d'autres thème : nus, animaux, paysages, Bacchus. Paul Rebeyrolle meurt le 7 février 2005 à Boudreville, en Bourgogne.

“Je me demande si je ne pense pas autant à la vie et aux conditions de vie des individus qu'à la peinture”. Paul Rebeyrolle