Artiste

Pascale-Sophie

Kaparis

France, 1959

Dessinateur, graveur, lithographe, créateur de vidéos

Née à Casablanca en 1959, Pascale-Sophie Kaparis vit et travaille à Paris. Elle partage un atelier à Williamsburg (New York).
Obtient le diplôme d’architecte à Paris en 1985. 1985-1995 réalise plusieurs projets, lauréate du Palmarès de l’Architecture. Se consacre à l’art depuis 1997. Le corps, la matrice organique, son exploration, et ses transformations sont l’objet de la réflexion de Pascale-Sophie Kaparis.
Elle présente en 2002 ses premiers grands formats dans une
exposition monographique aux Pays-Bas à Odapark, à Venray.
Le travail vidéo qu’elle réalise ensuite, est montré à Berlin en 2006 à la Villa Oppenheim. Acting out y est présenté officiellement par Mathias Niehoff et Franz Kaltenbeck. Elle poursuit son travail sur la mémoire avec Parce que je ne rêve pas, projeté en 2008 à la Cinémathèque française à Paris en présence de Catherine Malabou et
François Bruller, puis au Centre Georges Pompidou.
Elle réalise un film court aux Pays-Bas, Vormzand, où elle interroge le passé d’une usine désaffectée le long de la rivière Oude Ijssel. Elle opère le territoire à coeur ouvert et questionne la mutation en cours, du site lui-même, et des enfants des travailleurs de l’usine. Cette vidéo est présentée pendant 3 mois dans l’usine du DRU à Ulft en 2010. C’est à Williamsburg que l’artiste donne le titre Red Repairs à son travail récent de dessins et de peintures. Elle groupe pour la première fois dessins et vidéos pour l’exposition Pièces sur l’amour, présentée au Lab-labanque en avril 2010 à Béthune en France. A l’occasion de la sortie de Vormzand et de Pièces sur l’amour, Armand Morin réalise un cout-métrage sur le travail de l’artiste, Glimpse
and Glyde, Le regard mouvant. Pièces sur l’amour est publié chez Filigranes

25 œuvres

dans la collection