Artiste

Paco

Knöller

Allemagne, 1950

Graveur, dessinateur, peintre

Paco Knöller est né à Obermachtal an der Donau en 1950. Installé à Berlin depuis 1987, il a suivi les cours de Joseph Beuys à l'Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf et enseigne à la Hochschule für Künste de Brême depuis 2001.

Son œuvre se situe à la confluence de la figuration et de l'abstraction. Dans cet esprit, Knöller allie la pratique du trait conjuguée à l'utilisation de grands aplats colorés jetés sur le papier. Des nappes de couleurs franches, des films translucides découpent l'espace en zones tranchantes avec des superpositions et des lacunes calculées. Par-dessus, comme en filigrane, se superposent des tracés légers évoquant des morceaux de corps, genoux, coudes, courbes de dos ou de chevelures. Des effets de matière animent les surfaces ajourées, maillées ou perforées.

Les premières gravures sur bois de Paco Knöller remontent à 1982. Deux phases importantes suivront: la 1ère se situant vers 1992/1993; la 2ème vers 2001/2002 (sa production a alors doublé), durant lesquelles il développe une technique propre sur de grands formats. En 1998, il entame une suite lithographique intitulée The Seven Nights, qui regroupe 30 pièces. A partir de 2005, il grave quelques pointes sèches et réutilise ses anciens travaux pour les réimprimer différemment.

Dès 1992, l’artiste développe une technique particulière. De larges bandes de couleur sont disposées sur le papier à l’aide d’un rouleur encreur. Les mouvements s’effectuent soit de manière verticale soit de manière horizontale, jusqu’à recouvrir l’entièreté de la surface. Sur ce fond de couleur, l’artiste imprime ses planches gravées. Les lignes creusées sur la plaque laissent alors apparaitre la couleur du fond. A ces impressions s’ajoutent les traces laissées par du plastique bulle, des grilles encrées, … Il utilise une large palette de couleurs, des tons pastel aux tons plus vifs, encres offset dont la superposition des couches, la brillance rappelle la peinture à l’huile.
Il imprime manuellement en collaboration avec Ruprecht Dreher, artiste graveur et ami, avec lequel il collabore depuis 2001.

Paco Knöller emploie le principe réversible, propre à l’image imprimée. La planche gravée est imprimée sur du plastique bulle, qui devient lui-même matrice, laissant apparaître l’image inversée. L’image et son reflet. L’artiste joue de cet effet miroir (titre repris pour une série : Spiegelnd denken), laissant apparaître les deux côtés d’une même gravure.

Les mêmes éléments sont utilisés à plusieurs reprises dans diverses compositions, offrant une multitude de combinaisons. Il les utilise comme une sorte de ‘kit de construction’, dans lequel il puise inlassablement. Ainsi les planches ayant servi à la réalisation de la série Der große Schrank (2001-2004) le sont également pour la suite Fraktale (2004).

Les titres donnés à ses œuvres portent parfois en eux la référence de la couleur utilisée tel Magenta snow ou jade-green grass. D’autres titres font allusion aux motifs, d’autres encore se composent seulement de lettres, d’abréviations inexpliquées.

Le travail de Paco Knöller est influencé par l’ambivalence entre la spontanéité, le hasard et la réflexion.