Artiste

Yan

Pei-Ming

Chine, 1960

Peintre, graveur, sculpteur

Né à Shanghai en 1960, le peintre chinois Yan Pei-Ming vit à Dijon depuis 1982. Avant son exil en France, le jeune artiste s'exerçait à la réalisation d'affiches partisanes et d'effigies monumentales dans le style réaliste imposé par l'esthétique officielle du régime maoïste. En tant qu'enfant de la Révolution culturelle, Ming a intégré les codes et icônes propres à l'art totalitaire dont son inspiration se nourrit toujours actuellement et dont il a détourné les qualités expressives. Il a étudié à l'Institut des Hautes Etudes en Arts Plastiques ainsi qu'à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il fut également pensionnaire à la Villa Médicis, Académie de France à Rome. Depuis 1988, son thème de prédilection est le portait masculin monumental déclinant les visages de personnages célèbres comme Mao ou Bruce Lee mais aussi l'image de son propre père, en gros plan. Les individus, largement brossés en noir ou rouge et blanc, dotés de traits tourmentés, interpellent tout en restant figé dans un étrange anonymat. Leur auteur affirme, en effet, travailler sur " l'anti-portrait ".

Pour mener à bien ses projets monumentaux, l'artiste à aménagé un immense atelier dans une usine désaffectée à Ivry-sur-Seine. Dans le cadre d'une politique de confrontation entre créateurs contemporains et maîtres anciens, Ming a présenté au Louvre du 12 février au 18 mai 2009 une suite de toiles inspirées par La Joconde : Les Funérailles de Monna Lisa.