Réalisateur

Atelier Eric Seydoux, Paris

Éditeur, imprimeur, sérigraphe

France

Eric Seydoux est né à Paris en 1946. Il étudie à l’Art Students League de New York où son père était diplomate. Il travaille ensuite avec Dan Stacy, un artiste de Greenwich Village, grâce auquel il s’initie à la peinture avant de rentrer en France en 1966. Il travaille alors dans l’atelier Art Paris situé dans le Vème arrondissement. Le 14 mai 1968, l’École Supérieure des Beaux-arts de Paris est occupée. Eric Seydoux s’y rend par solidarité et rencontre un client de l’atelier Ars Paris : l’artiste Guy de Rougemont. Ce dernieri venait d’importer des Etats-Unis du matériel de sérigraphie. Ensemble, ils vont bientôt imprimer les premières affiches de l’histoire des Beaux-Arts comme « CRS SS » ou encore « La chienlit c’est lui ». Il raconte : « Les projets étaient validés par une AG ouverte à tous. J’avais installé trois ou quatre postes de tirage, les ouvriers du livre nous donnaient des fins de bobines de papier, on imprimait dans la nuit, on faisait sécher les affiches sur des fils ». C’est ainsi qu’il fut l’un des premiers à populariser la sérigraphie en France avant de mettre cette technique au service des peintres et des illustrateurs. Après la parenthèse de Mai 68, il travaille à l’atelier de Guy de Rougemont dans le Marais avant d’ouvrir son propre atelier en 1974. A partir de 1980, il commence à travailler avec des illustrateurs comme Loustal, Willem, Floc’h, et devient éditeur. Dans le même temps, naît le salon de l’édition Saga, au Grand Palais. Le Saga constitue pour Eric Seydoux une occasion de rencontrer ou de retrouver des artistes tels que Pierre Buraglio, Claude Viallat, François Bouillon… Avec eux, il va innover et imprimer sur du métal, du verre, des matériaux de récupération. Ainsi fait-il vivre les trois facettes de son métier : la création avec les artistes, la réalisation dans son atelier, l’exposition dans les salons. L’année 1999 voit sa première participation à la FIAC.
Son atelier dispose d’un petit espace d’exposition car il estime qu’il est important d’organiser des événements pour se faire connaître.