Artiste

Pascale

Hémery

France, 1965

Graveur, illustrateur

Pascale Hemery est née à Paris en 1965. Elle est diplômée de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle a été assistante aux ateliers de lithographie de Frank Bordas et de Michael Woolworth en 1991. Bien que vivant et travaillant à Paris, elle a effectués de nombreux voyages de travail, en Chine, à Berlin, Madrid, Dublin, Paris, Lisbonne, New-York. Elle est boursière de la Casa de Velazquez à Madrid en 1998. A la faveur de ces déplacements, elle s’est mise à percevoir les villes comme le reflet des changements qui s’opèrent sur les êtres humains, sentiments qui transparaît dans son oeuvre. Elle a reçu les prix J.J.J. Rigal en 2002 et Pierre Cardin en 2003. Le Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines lui a consacré une rétrospective en 2007 dans le cadre de l’opération “Feuille à feuille”.


"La matière du lino et du papier me séduisaient beaucoup. Ensuite j'ai voulu mettre la matière et l'empreinte dans mes gravures... Je me suis ensuite mise au bois car le lino ne me suffisait plus. Mais je reviens constamment à cette technique, la qualité du noir y est plus soyeuse. Le bois me permet d'aborder différemment le dessin et laisse entrevoir d'autres mondes...A ma sortie des Beaux-Arts, j'ai continué à travailler chez moi et j'ai commencé à fréquenter des ateliers de gravure. Je me suis mise à aborder la gravure sur cuivre. Sur une même plaque, j'utilisais plusieurs techniques, la pointe sèche, l'eau-forte m'a permis de faire un travail sur le noir et blanc, l'aquatinte et les effets du grattoir...Lorsque je travaille la linogravure et le bois, je touche peu au noir et j'incise le blanc... J'ai découvert que le blanc était une lumière, la lumière qui allait découper violemment le noir. ...Le blanc est créateur d'énergie... Mon rapport brut à la gravure s'affine peu à peu et j'ai l'impression que cette activité est un puits sans fond, un moyen d'échapper à l'ennui..."

Extrait de "Propos de graveurs", Lise Fauchereau in Les Nouvelles de l'Estampe, n° 202.