Artiste

Baya

Algérie, 1931 – 1999

Peintre, céramiste, graveur

Fatma Haddad Mahieddine, dite Baya, est née à Borj-el-Kiffan près d’Alger. Elle commence à peindre très jeune. Frank Mac Ewen et Marguerite Camina, amie et collaboratrice de Miro, remarquent l’originalité de ses modelages et de ses dessins sur la terre. Ils la prennent en charge et lui donnent les moyens de réaliser des gouaches. En 1947, Aimé Maeght, de passage à Alger, découvre ses œuvres et les expose dans sa galerie à Paris. Préface d’André Breton : "Baya est reine, écrit-il.Baya, dont la mission est de recharger de sens ces beaux mots nostalgiques : l’Arabie heureuse, Baya qui tient et ranime le rameau d’or." C’est à propos de Baya qu’il utilise pour la première fois, en 1947, l’expression "Art brut" pour définir, comme le formulera, plus tard, Jean Dubuffet, "des œuvres présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels, et ayant pour auteurs des personnes étrangères aux milieux artistiques professionnels".En 1948, elle réalise des terres cuites à la poterie Madoura à Vallauris où travaille Picasso. Après son mariage avec le chanteur-compositeur El Hadj Mahieddine El-Mahfoud en 1953, elle s’installe définitivement à Blida où elle continue à peindre. Participation à de nombreuses expositions, tant en Algérie qu’en France et à l’étranger. Décédée à Blida en 1999.